Football
A l’heure du bilan de mi-saison en 1ère ligue, 
Vevey-Sports a la Promotion League dans le
viseur, alors que le néo-promu Monthey tentera
de se maintenir.

| Bertrand Monnard |

Voilà dix ans que William von Stockalper est président du Vevey-Sports. Fort d’un enthousiasme communicatif, il affiche son ambition: faire monter le club en Promotion League là où devrait être sa place à ses yeux. Et même si jusqu’ici la réussite n’a pas été au rendez-vous, il y croit plus que jamais cette saison, son équipe occupant actuellement la 5e place. La première équipe de Monthey quant à elle suit le rythme qu’elle s’était fixée en début de championnat. Actuellement 9e, son objectif est le maintien.

Trois points de retard

Au moment de la trêve hivernale, le club veveysan n’occupe que la cinquième place, mais rien n’est perdu pour les éventuels barrages de fin de saison. Les deux premiers des trois groupes se disputeront les finales ainsi que les deux meilleurs troisièmes, et Vevey-Sports ne compte que trois points de retard sur Thoune II, titulaire de ce rang. «Sur le plan comptable, on est dans le bon wagon. On peut encore accrocher la tête», estime William von Stockalper. De son côté, son entraîneur Christophe Caschili relève le très bon niveau du championnat emmené par Echallens et Bulle. «Beaucoup de gros clients visent les finales.»
Lors de cette première partie de saison, les résultats de Vevey se sont révélés paradoxaux. «On bat Echallens et Thoune II, on fait match nul contre Bulle, les équipes de tête, mais on s’incline contre des formations en queue de classement comme La Sarraz ou Martigny, notre seule défaite au stade de Copet, déplore le président. Si notre défense est solide, l’efficacité fait trop souvent défaut en attaque, malgré notre net succès 5-3 face à La Chaux-de-Fonds samedi à Vevey. «On joue un peu avec le frein à main devant, on n’est pas assez relâché», constate quant à lui l’entraîneur.
Mais Vevey-Sports se donne les moyens de réussir. Même à ce niveau, un tiers de l’effectif est semi-pro et l’entraîneur est employé à plein temps. Avec le but d’enfin atteindre le Graal, le président et son comité sont ainsi prêts à renforcer l’équipe d’ici à la reprise. «On avait dit que, si nous n’étions pas largués à la trêve, nous allions faire des efforts. Nous avons plusieurs éléments dans le viseur alors que cinq ou six joueurs de l’effectif retourneront en réserve», explique William von Stockalper alors que Christophe Caschili lui emboîte le pas: «L’idéal serait d’acquérir deux vraies plus-values en attaque». Bien ancré dans la région, chargé d’histoire, le club veveysan abonné à la LNA dans les années 80 avec le mythique Paul Garbani reste très populaire sur la Riviera et peut compter cette saison sur ses supporters. «Nous possédons la meilleure affluence des clubs vaudois derrière le Lausanne-Sport mais devant Yverdon et Stade Lausanne Ouchy, en Challenge League. Des anciens membres d’il y a 30 ans reviennent au club et des nouvelles confréries vont être créées. À Vevey, on veut bâtir le futur sur le passé.» La faillite de 2005 semble donc n’être plus qu’un lointain souvenir.

Monthey est dans le tir

Promu cette saison, après un purgatoire de cinq ans en 2ème ligue, Monthey occupe la neuvième place de ce même groupe. Malgré les deux revers subis avant la trêve contre Bulle et Martigny, son président Dominique Farronato est satisfait: «Nous avions programmé 34 points pour ce championnat et avec 17 à la mi-saison, nous sommes dans le tir. Notre objectif reste le maintien. Sur ses 111 ans d’existence, Monthey en a passé 50 en 1ère ligue. On est donc à notre place.»
On décèle par contre une pointe de frustration chez l’entraîneur Cédric Strahm. «On concède cinq nuls en se faisant remonter dans les arrêts de jeu. On devrait avoir 4 ou 5 points de plus. C’est dû à notre manque d’expérience, il y a un grand saut par rapport à la 2ème ligue.» Contrairement à celle de Vevey, l’équipe est 100% amateure. «Il n’y a pas de mercenaires chez nous, rappelle Dominique Farronato. On joue avec des gars d’ici, des jeunes de la région qui travaillent ou étudient tout comme le staff technique». Parmi eux, une arme fatale, Kevin Derivaz (26 ans) meilleur buteur de 1ère ligue avec 10 buts au compteur. «Il a ça dans le sang. En une seule saison de 2ème ligue à Saint Maurice, il avait planté la bagatelle de 47 buts», souligne le président.
Ex-entraîneur des M21 de Sion, Cédric Strahm est revenu voilà trois saisons à ses origines: «Monthey c’est ma ville. Alors qu’une équipe comme Vevey met le paquet pour monter, le principal ici est d’avoir du plaisir et j’en ai énormément». Tout comme leurs spectateurs: ils étaient récemment plus de 600, un record, lors du duel contre Bulle.